Des articles

Comme un canard dans l'eau: représentations des animaux aquatiques dans la littérature et l'art anglo-saxons primitifs

Comme un canard dans l'eau: représentations des animaux aquatiques dans la littérature et l'art anglo-saxons primitifs

Comme un canard dans l'eau: représentations des animaux aquatiques dans la littérature et l'art anglo-saxons primitifs

Paul Sorrell

Études de Leeds en anglais: n.s. 25, (1994), 29-68

Abstrait

Dans le deuxième livre de son Vie de Columba l’abbé Adomnan de Iona rapporte quelques détails concernant les deuxième et troisième voyages du moine Cormac à la recherche d’un «lieu désertique dans l’océan». Au cours de son troisième voyage, le curach de Cormac est conduit dans des latitudes nord inexplorées où le fragile navire recouvert de peau est assailli par un essaim de petits mais très agressifs animaux marins: 'Quae, ut hi qui inerant ibidem postea narrarunt, prope magnitudine ranarum aculeis permolestae non tamen uolatiles sed natatiles erant '[Comme ceux qui étaient présents là l'ont raconté par la suite, ces créatures étaient à peu près de la taille d'une grenouille, très nuisibles à cause de leurs piqûres, mais elles ne volaient pas, elles nageaient]. Les aculei dont ces créatures mystérieuses sont équipées semblent être des épines frontales ou des projections de quelque sorte, et la référence d’Adomnan à leur manque de puissance de vol suggère une comparaison avec le bec des oiseaux.

Le contemporain anglais d'Adomnan, Aldhelm, dans son énigme sur l'étang-patineur ou marcheur d'eau, Tippula '(n ° 38), présente une créature qui, bien qu'incapable de nager, peut traverser des étendues d'eau (ainsi que la terre) sur ses quatre pieds :

Pergo super latices plantis suffulta quaternis Nee tamen in limphas uereor quod mergar aquosas, Sed pariter terras et flumina calco pedestris; Nee natura sinit celerem natare per amnem, Pontibus aut ratibus fluuios transire feroces; Quin potius pedibus gradior super aequora siccis. [Je marche sur les eaux portées par mes quatre pieds, mais je ne crains pas de me noyer dans la conduite d'eau. Au contraire, je marche à pied également sur terre et sur mer. La nature ne me permet pas de nager dans le beck rapide ni de traverser des ruisseaux turbulents par pont ou par bateau; au lieu de cela, je marche les pieds secs sur des eaux calmes.]


Voir la vidéo: The Sound of the Anglo-Saxon Harp (Septembre 2021).