Des articles

Charlemagne dans le miroir de Vincent: le spéculum historiale comme source de la vieille saga nordique Karlamagnús

Charlemagne dans le miroir de Vincent: le spéculum historiale comme source de la vieille saga nordique Karlamagnús

Charlemagne dans le miroir de Vincent: le spéculum historiale comme source de la vieille saga nordique Karlamagnús

Hieatt, Constance B.

Florilegium, vol. 1 (1979)

introduction

La traduction en vieux norrois (en grande partie, mais pas exclusivement, norvégien) du cycle des chansons de geste centrées sur Charlemagne et Rolan, Karlamagn s Saga, est principalement basée sur des textes en vieux français (ou anglo-normand); cependant, mis à part une section qui est clairement basée sur un original en anglais moyen, il est souvent difficile de savoir exactement avec quelle langue le (s) traducteur (s) travaillait (ont). Deux exceptions existent: la partie IV, «La saga d'Agulandus», qui est en grande partie basée sur la chronique latine Pseudo-Turpin, et la partie X, qui est, pour la plupart, tirée du Speculum historiale de Vincent de Beauvais. Vincent n'est pas sans influence ailleurs dans la traduction de la saga; il était évidemment l'une des sources de la dernière version de la quatrième partie de la saga. Ce que je souhaite examiner ici, cependant, est la seule partie de la saga pour laquelle Vincent semble avoir été une source de base, la partie X, «Miracles et signes» - faisant référence aux signes que Charlemagne était élu, un vrai saint.


Voir la vidéo: Unica ZÜRN Une Vie, une Œuvre: 1916-1970 France Culture, 2007 (Décembre 2021).