Des articles

Kentigern et Gonothigernus Un saint écossais et un évêque gaulois identifiés

Kentigern et Gonothigernus Un saint écossais et un évêque gaulois identifiés

Kentigern et Gonothigernus Un saint écossais et un évêque gaulois identifiés

Gough-Cooper, Henry

The Heroic Age Numéro 6 Printemps 2003

Abstrait

Des preuves onomastiques, documentaires et archéologiques sont examinées pour tester l'identification proposée de St Kentigern de Glasgow avec Gonothigernus, évêque de Senlis vers 549 × 573.

Il y a quelque temps, John Morris a proposé d'identifier Gonothigernus, un évêque de Senlis du 6ème siècle près de Paris, en France, avec St Kentigern, saint patron de Glasgow, en Écosse. Il l'a fait non seulement parce que l'évêque semble avoir vécu dans la même époque approximative que le légendaire Kentigern, et partageait un nom autrement non enregistré, mais aussi parce qu'un incident dans la vie de Jocelin of Furness au 12ème siècle du Kentigern lui semblait faire écho à un événement pendant l'épiscopat de Gonothigernus (Morris 1995). Morris pour Gonothigernus était le Sacrorum Conciliorum de Mansi (Mansi 1758-98), qui, à son tour, devait remettre une édition antérieure de Jean Hardouin (Hardouin 1714-15). Dans l'édition de Mansi du Conseil d'Orléans de 549, une note de bas de page indique que Hardouin a donné le nom comme Cunautegernus, mais c'est une erreur dans Mansi: Hardouin donne avec précision le nom son G initial, qui est en accord avec la forme trouvée dans les sources survivantes comme plus récemment édité par de Clercq: Gonotiernus à Orléans en 549, et Gonothigernus au Conseil de Paris tenu entre 556 et 573 (De Clercq 1963). Bien que la forme du nom ne puisse pas être revendiquée comme étant exactement identique à la préforme celtique * Cunotigernos pour Kentigern, l'utilisation indifférente de «G» pour «C» et vice-versa est très courante dans les documents de cette période (Wallace-Hadrill 1960), et il ne fait aucun doute que les formes de nom enregistrées pour cet évêque sont étymologiquement équivalentes au Conothigirnus britannique des Annales Cambriae (milieu du Xe siècle), qui est généralement considéré comme une forme antérieure de Kentegernus trouvée au XIIe siècle Sources de Glasgow (Jackson 1953). Malgré l'erreur de scribe qui a donné la variante d'allure germanique fredi (g) ernus dans certaines des sources d'Orléans 549, ce nom (Gonotiernus, Gonothigernus) n'est pas franque, il n'est certainement pas latin et la forme ne ressemble à aucune connue. Noms gaulois (Evans 1967). Un catalogue des formes de noms est joint ci-dessous (Annexe I).