Des articles

Marsahl Doak sur le Big E - Histoire

Marsahl Doak sur le Big E - Histoire

Marshall Ralph Doak Chef du Pharmacien Matelot Marine des États-Unis

Je suis monté à bord de l'Enterprise, "le Big E", le porte-avions qui a survécu à toute la guerre. J'étais en train de rentrer aux États-Unis et ils allaient m'emmener jusqu'à Pearl Harbor. À bord de l'Enterprise, j'étais au sommet, étant chef, car je n'avais aucune tâche. Ils m'ont donné une couchette dans l'infirmerie qui était climatisée. Je n'avais jamais été à bord d'un navire climatisé auparavant. Les avions décollaient et s'entraînaient à atterrir et tout, et il m'est arrivé de faire un commentaire un jour que j'aimerais avoir la chance de décoller et d'atterrir sur un porte-avions un jour. Quelqu'un m'a entendu et m'a demandé si je voulais le faire. Ils ont dit: "Nous avons un groupe qui se rend sur une île japonaise contournée appelée Yap et nous allons juste faire une course d'entraînement donc nous n'avons pas besoin d'artilleurs et vous pouvez monter en tant qu'artilleur." J'ai dit: "Laissez-moi y réfléchir." J'avais toujours rêvé que si je devais l'avoir, ce serait dans un avion. Autant que je voulais y aller, je me suis dégonflé. Je le regrette encore aujourd'hui.

Un autre typhon

L'Enterprise a également rencontré un typhon. Tout d'un coup, nous avons déménagé dans un quartier calme absolu. Pas un morceau de vent, rien. Rien d'émouvant. Je suis monté sur le pont et j'ai dit : « Qu'est-ce qui se passe ? Nous venons de sortir de l'enfer. Ils ont dit que nous étions dans l'œil du typhon et que nous allions en sortir dans une demi-heure environ. Tout était absolument immobile. Vous ne pouviez voir aucune perturbation, c'était un calme absolu sans une ondulation sur l'eau. C'était quelque chose de remarquable à vivre.



Plan Marshall

Le plan Marshall, également connu sous le nom de European Recovery Program, était un programme américain d'aide à l'Europe occidentale après les ravages de la Seconde Guerre mondiale. Il a été promulgué en 1948 et a fourni plus de 15 milliards de dollars pour aider à financer les efforts de reconstruction sur le continent. L'idée originale du secrétaire d'État américain George C. Marshall, pour qui il a été nommé, il a été conçu comme un plan de quatre ans pour reconstruire les villes, les industries et les infrastructures fortement endommagées pendant la guerre et pour supprimer les barrières commerciales entre les voisins européens&# x2014ainsi comme favoriser le commerce entre ces pays et les États-Unis.

En plus du redéveloppement économique, l'un des objectifs déclarés du plan Marshall était d'arrêter la propagation du communisme sur le continent européen.

La mise en œuvre du plan Marshall a été citée comme le début de la guerre froide entre les États-Unis et leurs alliés européens et l'Union soviétique, qui avait effectivement pris le contrôle d'une grande partie de l'Europe centrale et orientale et établi ses républiques satellites en tant que nations communistes.

Le plan Marshall est également considéré comme un catalyseur clé pour la formation de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN), une alliance militaire entre les pays nord-américains et européens établie en 1949.


John Marshall

Le juge en chef de la Cour suprême des États-Unis, John Marshall, qui n'avait presque aucune scolarité formelle et n'a étudié le droit que pendant six semaines, reste néanmoins le seul juge de l'histoire américaine dont la distinction en tant qu'homme d'État découle presque entièrement de sa carrière judiciaire. Après une mission diplomatique en France, il remporte les élections au Congrès, où il soutient le président John Adams. Adams le nomma secrétaire d'État et, en 1801, juge en chef, poste qu'il occupa jusqu'à sa mort.

L'expérience du combat pendant la Révolution l'a aidé à développer un point de vue continental. Après avoir été admis au barreau en 1780, il entra à l'assemblée de Virginie et s'éleva rapidement dans la politique de l'État. Il avait une belle apparence, une personnalité charismatique, et un débatteur&# x2019s cadeaux. Un fédéraliste en politique, il a défendu la Constitution dans son état&# x2019s convention de ratification.

John Jay, le premier juge en chef, qui avait démissionné, a décrit la Cour comme manquant de poids et de respect. Après Marshall, personne ne pouvait porter cette plainte. En 1801, lui et ses collègues ont dû se réunir dans une petite pièce au sous-sol du Capitole parce que les planificateurs de Washington, DC, avaient oublié de fournir un espace pour la Cour suprême. Marshall a fait de la Cour une branche prestigieuse et coordonnée du gouvernement. En 1824, le sénateur Martin Van Buren, un ennemi politique, a reconnu que la Cour a attiré &# x2018idolâtrie&# x2019 et son chef a été admiré &# x2018comme le juge le plus capable siégeant maintenant sur n'importe quel banc judiciaire dans le monde.&# x2019

Au cours des trente-quatre ans de Marshall&# x2019s en tant que juge en chef, il a donné du contenu aux omissions de la Constitution&# x2019s, a clarifié ses ambiguïtés, et a ajouté un balayage à couper le souffle aux pouvoirs qu'elle conférait. Il a mis la Cour sur une voie pour les &# x2018ages à venir&# x2019 qui rendrait le gouvernement américain suprême dans le système fédéral et la Cour la Constitution&# x2019s exposant. Il a agi comme s'il était le cadreur durable dont la circonscription était la nation, il connaissait le vrai sens de la Constitution et il voulait qu'elle l'emporte, il a fait de sa position une chaire judiciaire pour favoriser l'Union de ses rêves et rivaliser, si possible, avec les branches politiques dans la formation de l'opinion publique et de la politique nationale.

Marshall&# x2019s énergies judiciaires étaient aussi infatigables que sa vision était large. Bien qu'il n'ait exprimé qu'une seule voix et qu'il ait finalement été entouré de collègues nommés par un parti qu'il déplorait, il dominait la Cour comme personne ne l'a fait depuis. Il a abandonné les opinions successives en faveur d'un seul &# x2018avis de la Cour&# x2019 et au cours de son long mandat a écrit près de la moitié des opinions de la Cour&# x2019s dans tous les domaines du droit et les deux tiers de ceux impliquant des questions constitutionnelles. Il a exercé un contrôle judiciaire, fermement sur les lois et les tribunaux des États, prudemment sur les actes du Congrès. Marbury v. Madison (1803) reste l'affaire fondamentale. Marshall a lu les principes des droits acquis dans la clause du contrat et a élargi la compétence de la Cour. Malgré la rhétorique judiciaire évoquant les clairons de Valley Forge, son nationalisme judiciaire, qui était assez réel et a contribué à émanciper le commerce américain dans Gibbons v. Ogden (1824), constituait parfois un prétexte pour bloquer la législation réglementaire de l'État qui limitait les droits de propriété. Il a lié la Constitution à la suprématie nationale, au capitalisme et au contrôle judiciaire.

Le compagnon du lecteur&# x2019s à l'histoire américaine. Eric Foner et John A. Garraty, rédacteurs. Copyright © 1991 par Houghton Mifflin Harcourt Publishing Company. Tous les droits sont réservés.


Marsahl Doak sur le Big E - Histoire

nous espérons que vous deviendrez un ami et que vous vous joindrez à nous dans la grande cause de la diffusion des leçons de libération de l'histoire avec les gens de votre communauté et de votre nation. ensemble, suivant la sagesse de Dieu, nous pouvons construire un monde plus prospère et plus libre pour les générations à venir.

    pour rejoindre notre liste de diffusion.
  • Apprenez à lutter contre la laïcité radicale et devenez les porte-flambeaux de la liberté de Dieu !

RENAISSANCE DU FEU DE CAMP AMÉRICAIN

BIENVENUE À NOS NOUVEAUX AMIS DE KIRK CAMERON'S CAMPFIRE REVIVAL !

"L'alliance américaine, l'histoire inédite" Nouvelle édition de feu de camp mise à jour

Pendant plus de trois décennies, le WHI a fait des recherches et enseigné la piste papier « cause et effet » de la liberté personnelle et des droits de l'homme de l'entreprise privée et du gouvernement constitutionnel et de la charité et de l'explosion de la foi dans le monde. L'Institut embrasse la vision providentielle de l'histoire, qui observe l'histoire comme une saga déterminée sous la direction d'un Créateur aimant. Cette perspective historique a été la vision dominante de la civilisation occidentale depuis l'époque d'Augustin au 4ème siècle après JC jusqu'au 20ème siècle. Toutes les ressources, articles, conférences et visites du World History Institute sont créés pour vous aider dans votre quête de compréhension du monde et de sa signification. Winston Churchill, l'éminent homme d'État et historien du XXe siècle, a déclaré : « Les plus grands progrès de la civilisation humaine sont survenus lorsque nous avons récupéré ce que nous avions perdu : lorsque nous avons appris les leçons de l'histoire. » Comme Churchill – qui a été confronté à une grande dépression puis à la tyrannie nazie – nous sommes maintenant confrontés à un monde dans le chaos économique et au bord d'une guerre idéologique mondiale. Nous pouvons regarder les maux de notre temps, comme Churchill l'a fait, et voir le bien triompher du mal et un jour meilleur pour nous-mêmes et les enfants de nos enfants. Nous espérons que vous serez grandement encouragés par les puissantes histoires inédites de l'histoire qui se trouvent dans nos séries de DVD, CD, livres, conférences et visites. Ces histoires documentent clairement le fait que chaque individu a un rôle vital à jouer pour façonner l'avenir du monde. Ce ne sont pas les chercheurs de pouvoir, les tyrans et les célébrités qui ouvrent la voie à la construction de civilisations réussies et bonnes. Ce sont toujours les croyants qui ont des principes en infériorité numérique et qui ont ouvert la voie à la liberté en suivant les principes bibliques universels de l'édification d'une nation.

En 1976, le Dr Marshall Foster a fondé le World History Institute, une fondation éducative à but non lucratif, pour enseigner les fondements bibliques et historiques de la liberté. Le World History Institute (anciennement Mayflower Institute) est devenu une force majeure dans le mouvement pour restaurer notre nation à son héritage judéo-chrétien. L'Institut a touché des millions de personnes avec « l'héritage incalculable » de l'Amérique.

Le Dr Foster a formé des dizaines de milliers de personnes lors de séminaires en direct dans 40 États, au Canada et en Europe. Il a été co-animateur d'une émission de radio souscrite hebdomadaire intitulée "The Story of Liberty" qui a touché des centaines de milliers d'Américains. Le Dr Foster est constamment sollicité en tant que conférencier principal dans de nombreux congrès, écoles, églises, retraites et groupes politiques et commerciaux. Il s'adresse à un auditoire allant jusqu'à 20 000 personnes lors de conventions d'affaires et de rassemblements religieux concernant notre patrimoine. Il a été conférencier principal pour Promise Keepers, Coral Ridge Ministries, Vision Forum Ministries, Reclaiming America, Christian Coalition, ACSI Christian School Conventions, Worldview Weekends et bien d'autres. Il a formé le personnel national de Campus Crusade for Christ, le Christian Broadcasting Network, le National Day of Prayer, James Robison Ministries et plus de 100 000 associés commerciaux d'Amway Corporation et de Boeing Aircraft, entre autres.

L'Institut d'histoire mondiale a produit de nombreux séminaires éducatifs. Sa série de DVD en 12 parties intitulée Terror to Triumph couvre la croissance et l'impact du christianisme au cours des 2000 dernières années. Cette série et son guide de questions et réponses sont utilisés dans les églises, les écoles et les études bibliques à domicile à travers le pays. Le Dr Foster a produit de nombreux DVD et CD qui sont disponibles ici sur le site Web, y compris une série de DVD de quatre heures intitulée Hope Four Our Time. Le journal mensuel syndiqué de Marshall est lu par milliers chaque mois et est disponible gratuitement sur notre site Web.

Depuis 1988, Marshall a dirigé des visites de la côte est historique de l'Amérique avec American Christian Tours. Il est maintenant le directeur de l'éducation chrétienne avec ACTS, formant des guides touristiques pour guider plus de 10 000 étudiants et familles chaque année dans le voyage d'une vie. Il dirige personnellement des tournées annuelles de la côte est historique et de l'Europe.

Marshall, en collaboration avec l'acteur Kirk Cameron, a été coproducteur du film, Monumental : À la recherche du trésor national de l'Amérique, qui est sorti en salles dans tout le pays en mars 2012. La base du film tourne autour du Monument national aux ancêtres en Plymouth. Le film retrace les voyages héroïques et déchirants des premiers pèlerins et rencontre des hommes et des femmes improbables qui ont tout risqué pour la liberté. Marshall a été le coproducteur du film Unstoppable de Kirk Cameron en 2013 et continue de travailler sur la production de films et de documentaires populaires.

Marshall est l'auteur de trois livres. Son livre le plus vendu, "The American Covenant, the Untold Story", est devenu un outil de formation efficace dans les études bibliques, les salles de classe et les groupes d'étude à l'échelle nationale. Le livre American Covenant et le documentaire qui l'accompagne ont eu un impact profond et durable sur le mouvement populaire pour restaurer notre nation. Le documentaire, narré par Marshall Foster, a été diffusé dans de nombreux programmes télévisés et a été visionné dans des milliers de foyers, d'églises, d'écoles et de groupes d'étude.

Marshall est diplômé en 1967 de l'Université de Californie à Santa Barbara. Ses études supérieures ont été accomplies au Talbot Theological Seminary, Christian Associates Seminary, avec des études doctorales complétées à la California Graduate School of Theology et au Cathedral Bible College. Il a été ordonné prêtre en 1973 et a obtenu un doctorat en théologie du Cathedral Bible College. Lui et sa femme, Trish, ont deux enfants adultes et sept petits-enfants. Ils résident actuellement dans le sud de la Californie.


Contenu

Né à Santa Anna, au Texas, la famille de Layne a déménagé alors qu'il était très jeune à Fort Worth, où il a fréquenté l'école primaire et secondaire. Sa mère est décédée alors qu'il n'avait que huit ans et Layne a emménagé avec son oncle et sa tante, M. et Mme Wade Hampton. Il a fréquenté la Highland Park High School à University Park, une banlieue juste au nord de Dallas, où il était coéquipier du futur membre du Temple de la renommée Doak Walker, vainqueur du trophée Heisman en 1948 pour les Mustangs SMU et coéquipier professionnel avec les Lions de Detroit.

Au cours de sa dernière année, Layne a été nommé dans l'équipe de football de tous les États, a joué dans le match des étoiles de l'Oil Bowl et a mené Highland Park aux éliminatoires de l'État. [2]

L'un des quarts les plus titrés à avoir jamais joué pour le Texas, Layne a été sélectionné dans quatre équipes consécutives de la Conférence All-Southwest de 1944 à 1947, et était un consensus All-American dans sa dernière année. La Seconde Guerre mondiale a provoqué une pénurie de joueurs et les règles ont été modifiées pour permettre aux étudiants de première année de jouer dans l'université, permettant ainsi à Layne une carrière de quatre ans. [3]

Le jeu de première année était sporadiquement autorisé par diverses conférences en temps de guerre, mais ne serait pas autorisé universellement jusqu'à ce que les règles soient définitivement modifiées en 1972. Au cours de sa première saison, Layne est devenu un joueur très rare (à cette époque) pour commencer son premier match. Il a raté son deuxième match en raison d'une blessure et a été remplacé par le futur transfert du nord du Texas Zeke Martin, [4] mais Layne a joué le reste de la saison et a mené les Longhorns à un point du championnat de la Conférence du sud-ouest lorsqu'ils ont perdu contre TCU 7 -6 sur un point supplémentaire manqué.

Avant et pendant sa deuxième année, il a passé huit mois dans la marine marchande, au service de son ami Doak Walker. Il a raté les six premiers matchs de la saison et a été remplacé par Jack Halfpenny. Le dernier match qu'il a raté était la seule défaite de l'équipe, contre Rice, d'un point. Le Texas est allé 10-1, a remporté la Conférence du Sud-Ouest, et bien qu'il n'ait joué qu'une demi-saison, Layne a de nouveau fait partie de l'équipe de toutes les conférences. [2]

Dans le Cotton Bowl Classic suivant cette saison, le Texas a battu le Missouri 40-27, et Layne a joué peut-être le meilleur match de sa carrière. Il a établi plusieurs records de la NCAA et du Cotton Bowl qui ont duré jusqu'au 21e siècle. Dans ce match, il a complété 11 des 12 passes et a compté chacun des 40 points de l'équipe, marquant quatre touchés, marquant quatre buts sur le terrain et lançant pour deux autres scores, il a donc été nommé l'un des joueurs exceptionnels du jeu. [5]

En 1946, les Longhorns ont été classés premiers de la pré-saison pour la première fois, mais après avoir battu le n ° 20 de l'Arkansas, ils ont été renversés par le n ° 16 Rice et plus tard par le TCU non classé. Ils sont allés 8-2, ont terminé troisièmes de la conférence, se sont classés quinzièmes au niveau national et ont raté des matchs de bowl. Layne a mené la Conférence du Sud-Ouest en attaque totale (1420 verges), en passes totales (1115 verges) et en moyenne de bottés de dégagement (42 verges). [6] En dépit de la finition inattendue, Layne a été appelé de nouveau All-Conference et a fini huitième dans le vote de trophée de Heisman à Glenn Davis d'armée. [7]

En 1947, Blair Cherry a remplacé Dana X. Bible en tant qu'entraîneur-chef au Texas et il a décidé d'installer l'offensive de formation en T. Cherry, Layne et leurs épouses ont passé plusieurs semaines dans le Wisconsin à étudier la nouvelle attaque dans les camps d'entraînement des Chicago Bears et des Chicago Cardinals de la National Football League. Le changement a été un succès, car Layne a mené la Conférence du Sud-Ouest dans les verges par la passe, a fait partie des équipes All-Conference et All-American et a terminé sixième du trophée Heisman en votant contre John Lujack de Notre Dame. [ citation requise ] Les Longhorns, après avoir battu #19 North Carolina, ont commencé la saison au troisième rang. Ils ont ensuite battu #15 Oklahoma, mais comme cela s'est produit en 1945, le Texas s'est de nouveau vu refuser une saison sans défaite par un point supplémentaire manqué. Après être revenu une fois contre le numéro 8 SMU de Walker, le Texas s'est à nouveau retrouvé derrière en fin de match. [ citation requise ]

Layne a conçu un touché au quatrième quart qui aurait égalé le match, mais le botteur Frank Guess a poussé le point supplémentaire et les Longhorns ont perdu 14-13. [8] Ils sont tombés à la huitième place et ont terminé derrière SMU dans la Conférence du Sud-Ouest, mais ont remporté une invitation au Sugar Bowl, où Layne et les Longhorns ont battu le numéro six Alabama. À la suite de sa performance de 10 sur 24, 183 verges, Layne a remporté le premier prix Miller-Digby remis au joueur le plus utile du jeu. [9] Les Longhorns ont fini classé cinquièmes, la meilleure finition dans la carrière de Layne. Layne a terminé sa carrière au Texas avec un record scolaire de 3 145 verges par la passe sur 210 passes complétées et 400 tentatives et 28 victoires. [ citation requise ]

Layne a été l'un des premiers intronisés au Cotton Bowl Hall of Fame et a fait partie de l'équipe All-Decade de Cotton Bowl (1937-1949) pour les années 1940. Plus tard, les deux fils de Layne, Rob et Alan, ont joué au football universitaire. Robert L. Layne Jr., était un botteur pour le Texas, jouant dans l'équipe du championnat national de 1969, et Alan a joué l'ailier rapproché pour TCU en 1973. [ citation requise ]

Enregistrements Modifier

  • NCAA & Cotton Bowl – Most Touchdowns Responsible For, match de bowl (6), à égalité par Chuck Long en 1984, Dan LeFevour en 2007 et Paul Smith en 2008
  • NCAA & Cotton Bowl - La plupart des points responsables, jeu de bowl (40)
  • NCAA - Taux d'achèvement le plus élevé (min. 10 tentatives), jeu de boules (0,917), dépassé par Mike Bobo en 1998
  • NCAA – Plus grand nombre de points marqués, match de bowl (28), dépassé par Barry Sanders en 1988
  • UT – La plupart des tentatives de passe, carrière (400), dépassé par Bret Stafford en 1986
  • UT - La plupart des réussites, carrière (210), dépassé par Stafford en 1986
  • UT – Passing Yards, carrière (3 145), dépassé par Stafford en 1986
  • UT - Plus faible pourcentage de passes interceptées (minimum 300 passes), carrière (7,8%), dépassé par Donnie Little en 1981
  • UT – Plus grand nombre de départs, carrière (34), dépassé par Marty Akins en 1975
  • UT – Meilleur pourcentage de victoires (minimum 1 saison), carrière (80,5 %), dépassé par T Jones en 1952
  • UT – La plupart des victoires du quart-arrière, carrière (28), dépassé par Vince Young en 2005
  • UT – La plupart des touchés, match (4), à égalité par Jim Bertelsen en 1969, Steve Worster en 1970, Earl Campbell en 1977 et A.J. "Jam" Jones en 1979 dépassé par Ricky Williams en 1997
  • UT – Plus grand nombre de passes de touché, carrière (25), dépassé par Peter Gardere en 1992
  • UT – La plupart des points marqués, match (28), a battu son propre record de 24 établi plus tôt cette année-là, dépassé par Williams en 1997
  • Cotton Bowl – La plupart des réalisations consécutives, match (8), à égalité par Tony Graziani en 1996 et Clint Stoerner en 2000
  • Cotton Bowl – Taux d'achèvement le plus élevé (min. 10 tentatives), jeu (0,917)
  • Cotton Bowl – Plus grand nombre de points marqués, match et carrière (28)
  • Cotton Bowl – La plupart des touchés, jeu et carrière d'ampli (4), à égalité par Tony Temple en 2008
  • Cotton Bowl – La plupart des points responsables, carrière (40)
  • Cotton Bowl – La plupart des touchés responsables, jeu et carrière (6)
  • Cotton Bowl – La plupart des points se précipitent, match (18), dépassé par Temple en 2008
  • Cotton Bowl – La plupart des touchés au sol, match (3), à égalité par Dicky Maegle en 1954 et Jim Brown en 1957, dépassé par Temple en 2008
  • Cotton Bowl – La plupart des touchés au sol, match (3), à égalité par Maegle en 1954, Brown en 1957 et Jim Swink en 1957, dépassé par Temple en 2008
  • Cotton Bowl – Plus de verges par tentative (min 10 tentatives), match (13,2), dépassé par James Street en 1969

Layne était l'un des meilleurs lanceurs à avoir jamais joué au Texas. Il a fait l'équipe de la conférence All-Southwest pendant les quatre années où il a joué et a joué dans des équipes qui ont remporté les trois championnats de conférence à leur disposition (aucune n'a été nommée en 1944 en raison de la Seconde Guerre mondiale). Il a remporté son premier début de carrière, en 1944, lorsqu'il a été dirigé par son futur entraîneur de football Blair Cherry, contre Southwestern, 14-1, dans un match complet, 15 frappes au but. [10] Semblable au football, il a raté la saison 1945 parce qu'il était dans les Marines marchands, mais est revenu jouer trois saisons de plus. En 1946, il a lancé les premier et deuxième matchs sans coup sûr de l'école et a affiché un dossier de 12-4. En 1947, il est allé 12-1 et a mené le Texas à une troisième place dans le premier tournoi de baseball de la NCAA.

En 1948, il est allé 9-0 et a de nouveau aidé le Texas à remporter la Conférence du Sud-Ouest, mais bien qu'ils se soient qualifiés pour cela, le Texas a décidé de ne pas participer au tournoi de la NCAA de 1948 parce que les joueurs pensaient qu'ils avaient trop d'obligations avec leur famille et leur travail. [11]

Texas est allé 60-10 au total et 41-2 dans le SWC au cours des trois dernières années de Layne à Austin. À la fin de sa carrière, Layne avait un record de conférence parfait de 28-0 et a établi plusieurs records d'école et de conférence au cours de son séjour dans l'équipe, dont quelques-uns qui tiennent toujours aujourd'hui. Entre le baseball et le football, il a été All-Conference huit fois et a remporté quatre championnats de conférence.

En 1948, après avoir obtenu son diplôme en éducation physique, Layne a joué une saison de ballon de ligue mineure pour l'équipe de baseball Lubbock Hubbers de la ligue de classe C West Texas–New Mexico. [2] Il est allé 6-5 avec une MPM de 7,29 et a eu des offres des Giants de New York, des Red Sox de Boston et des Cardinals de Saint-Louis pour rejoindre leur personnel, mais il a préféré aller à la Ligue nationale de football, où il pourrait jouer immédiatement plutôt que de passer plusieurs années dans le système des ligues mineures. [12]

Enregistrements Modifier

  • Southwest Conference & UT – La plupart des victoires de conférence, carrière, lanceur (28)
  • Southwest Conference & UT - Pourcentage de victoires de conférence le plus élevé (min 10 décisions), carrière (1.000) (28-0)
  • UT – La plupart des points marqués, match (5), à égalité 11 fois depuis
  • UT – La plupart des blanchissages, saison (4), à égalité Bus Gillet, dépassé par Burt Hooton en 1969
  • UT - Pourcentage de victoires, saison (min 9 décisions) (1.00) (9-0), dépassé par Hooton en 1969
  • UT – La plupart des buts sur balles, carrière (187), dépassé par Richard Wortham en 1976
  • Southwest Conference & UT - La plupart des retraits au bâton, saison (134), dépassé par Hooton en 1969
  • UT – Plus grand nombre de retraits au bâton, carrière (386), à égalité par Hooton en 1971, dépassé par Wortham en 1976
  • UT – Plus de retraits au bâton par neuf manches lancées, carrière (10,78), dépassé par Hooton en 1971
  • UT – Plus grand nombre de victoires, carrière (35), dépassé par Hooton en 1971
  • UT - Pourcentage de victoires le plus élevé, carrière (0,921), dépassé par Terry Jackson en 1961
  • UT – Plus grand nombre de manches lancées, carrière (322,1), dépassé par Wortham en 1976
  • Southwest Conference & UT – La plupart des non-frappeurs, saison (2), à égalité par Hooton
  • Southwest Conference & UT – La plupart des non-frappeurs, carrière (2), à égalité par James Street, Hooton et Greg Swindell
  • Southwest Conference & UT – Le plus grand nombre de victoires consécutives en conférence (28)
  • Conférence sud-ouest – Plus grand nombre de retraits au bâton en conférence, saison (84)

Gras signifie « actif » lorsque la Conférence du Sud-Ouest a disparu en 1996, ces dossiers sont essentiellement devenus permanents

Repêché dans la Ligue nationale de football par les Steelers de Pittsburgh, Layne était la troisième sélection au total du repêchage de la NFL de 1948 et la deuxième sélection au total du repêchage de l'AAFC de 1948 par les Colts de Baltimore. Layne ne voulait pas jouer pour les Steelers, la dernière équipe de la NFL à utiliser la formation à une aile, alors ses droits ont rapidement été échangés contre les Bears de Chicago. [13]

On lui a offert 77 000 $ pour jouer pour les Colts, mais George Halas, qui a assisté à la victoire du Sugar Bowl contre l'Alabama et s'est assis avec Cherry et Layne après le match, l'a "doucement convaincu" de signer avec les Bears. Il a promis une lente ascension vers la gloire dans les "grandes ligues" avec un accord de non-échange. [ citation requise ]

Après une saison avec les Bears en 1948, au cours de laquelle Layne était le troisième quart-arrière derrière Sid Luckman et Johnny Lujack, Layne a refusé de revenir et a tenté de créer son propre métier avec les Packers de Green Bay. Halas, soucieux de repousser un défi de l'AAFC, a échangé Layne aux Bulldogs de New York contre leur choix de première ronde au repêchage de 1950 et 50 000 $ en espèces. L'argent devait être payé en quatre versements.

Avec Layne au poste de quart-arrière, les Bulldogs n'ont remporté qu'un seul match et en ont perdu 11, mais Layne a bien joué et s'est développé rapidement. [2] Layne a comparé une saison avec les Bulldogs de New York, qui seront bientôt disparus, à cinq saisons avec n'importe quelle autre équipe de la NFL. [ citation requise ]

En 1950, il a été échangé aux Lions de Détroit pour le receveur large Bob Mann, et les Lions ont accepté de faire les trois derniers paiements à Halas (Halas a fait remarquer plus tard que les Lions auraient dû continuer les paiements annuels indéfiniment en raison de la performance de Layne) . Au cours des cinq années suivantes, Layne a retrouvé son grand ami et coéquipier de Highland Park High School, Doak Walker, et ensemble, ils ont contribué à faire de Detroit un champion. [ citation requise ]

En 1952, Layne a mené les Lions à leur premier championnat de la NFL en 17 ans, puis l'a fait à nouveau en 1953 pour des titres de champion consécutifs. Ils n'ont pas réussi un triple tour en 1954 lorsqu'ils ont perdu 56-10 contre les Cleveland Browns lors du match de championnat de la NFL, une défaite que Layne a expliqué en disant: "J'ai trop dormi la nuit dernière". [14]

En 1955, l'équipe a terminé dernière de sa conférence et Walker a étonnamment pris sa retraite au sommet de son art. Comme Walker avait été le botteur de l'équipe, Layne a repris les fonctions de botté en 1956 et 1957 et, en 1956, a mené la ligue en matière de précision des buts sur le terrain. En 1956, les Lions ont terminé deuxièmes de la conférence, ratant le match de championnat par un seul point. En 1957, la saison du plus récent championnat de la NFL des Lions, Layne s'est cassé la jambe à trois endroits lors d'un carambolage lors du 11e match de la saison de 12 matchs. [15] Son remplaçant, Tobin Rote, a terminé la saison et a mené les Lions à la victoire dans le match de championnat à Detroit, une déroute 59-14 des Browns de Cleveland. [ citation requise ]

Après le deuxième match de la saison 1958, l'entraîneur des Steelers de Pittsburgh Buddy Parker, anciennement à Detroit, a organisé un échange le 6 octobre qui a amené Layne aux Steelers. [16] [17] [18] Au cours de ses huit saisons à Detroit, les Lions ont remporté trois championnats de la NFL et Layne a joué dans quatre Pro Bowls, a fait deux fois la première équipe All-Pro et à plusieurs reprises a dirigé la ligue dans plus d'une douzaine de singles -catégories statistiques saisonnières. [ citation requise ]

Après l'échange, Layne a joué cinq saisons avec les Steelers de Pittsburgh. Bien qu'il ait fait le Pro Bowl deux fois de plus, il n'est jamais revenu aux séries éliminatoires, et le meilleur résultat de l'équipe a été deuxième de la conférence en 1962. [13] Au cours de sa dernière année dans la NFL, il a publié son autobiographie Toujours le dimanche. Plus tard, il a déclaré que la plus grande déception de sa carrière de footballeur était de n'avoir jamais remporté de championnat pour les Steelers de Pittsburgh et en particulier pour Art Rooney. [13]

Au moment où Layne a pris sa retraite avant la saison 1963, il possédait les records de la NFL pour les tentatives de passes (3 700), les passes complétées (1 814), les touchés (196), les verges (26 768) et les interceptions (243). [2] Il a quitté le jeu comme l'un des derniers joueurs à jouer sans masque facial et a été crédité d'avoir créé l'exercice de deux minutes. [19] [20] Doak Walker a dit de lui, "Layne n'a jamais perdu un jeu. Le temps a juste manqué sur lui." [21]

Après sa retraite en tant que joueur, Layne a été entraîneur du quart-arrière des Steelers de Pittsburgh de 1963 à 1965 et des Cardinals de Saint-Louis en 1965. Il a été dépisteur pour les Cowboys de Dallas de 1966 à 1967. [22] Plus tard, il a cherché sans succès le poste d'entraîneur-chef à Texas Tech, sa dernière implication professionnelle dans le sport. [13]

Légende
A dirigé la ligue
A remporté le championnat de la NFL
Gras Carrière élevée
Année Équipe Jeux Qui passe Se précipiter
GP SG Enregistrer Cmp Att PCT Yds Moy TD Int Taux Att Yds Moy GNL TD Fumée
1948 CHI 11 1 N / A 16 52 30.8 232 4.5 3 2 49.5 13 80 6.2 18 1 3
1949 NYB 12 12 S/O [a] 155 299 51.8 1,796 6.0 9 18 55.3 54 196 3.6 27 3 10
1950 DET 12 12 6−6−0 152 336 45.2 2,323 6.9 16 18 62.1 56 250 4.5 30 4 13
1951 DET 12 12 7−4−1 152 332 45.8 2,403 7.2 26 23 67.6 61 290 4.8 36 1 8
1952 DET 12 11 9−2−0 139 287 48.4 1,999 7.0 19 20 64.5 94 411 4.4 29 1 5
1953 DET 12 11 9−2−0 125 273 45.8 2,088 7.6 16 21 59.6 87 343 3.9 23 0 8
1954 DET 12 8 6−1−1 135 246 54.9 1,818 7.4 14 12 77.3 30 119 4.0 34 2 2
1955 DET 12 10 3−7−0 143 270 53.0 1,830 6.8 11 17 61.8 31 111 3.6 19 0 4
1956 DET 12 12 9−3−0 129 244 52.9 1,909 7.8 9 17 62.0 46 169 3.7 20 5 3
1957 DET 11 7 4−3−0 87 179 48.6 1,169 6.5 6 12 53.0 24 99 4.1 21 0 3
1958 DET 2 1 0−1−0 12 26 46.2 171 6.6 1 2 48.7 3 1 0.3 4 0 2
FOSSE 10 10 7−2−1 133 268 49.6 2,339 8.7 13 10 80.4 37 153 4.1 21 3 5
Total [b] 12 11 7−3−1 145 294 49.3 2,510 8.5 14 12 77.6 40 154 3.9 21 3 7
1959 FOSSE 12 12 6–5–1 142 297 47.8 1,986 6.7 20 21 62.8 33 181 5.5 21 2 2
1960 FOSSE 12 9 5−4−0 103 209 49.3 1,814 8.7 13 17 66.2 19 12 0.6 13 2 1
1961 FOSSE 8 6 2–4–0 75 149 50.3 1,205 8.1 11 16 62.8 8 11 1.4 9 0 4
1962 FOSSE 13 11 7−4−0 116 233 49.8 1,686 7.2 9 17 56.2 15 25 1.7 17 1 7
Carrière 175 145 80−48−4 [c] 1,814 3,700 49.0 26,768 7.2 196 243 63.4 611 2,451 4.0 36 25 80
Source : Pro-Football-Reference.com [23]

Pour ses exploits sur le terrain, Layne a été intronisé dans un vaste assortiment de temples de la renommée. Ceux-ci comprenaient le Texas Sports Hall of Fame en 1960, le Longhorn Hall of Honor en 1963, le Pro Football Hall of Fame en 1967, les temples de la renommée des États du Michigan et de Pennsylvanie et le Texas High School Sports Hall of Fame en 1973. [2] [20] [21] En 1981, il a reçu le Prix d'Or de Plat de l'Académie américaine d'Accomplissement présenté par le membre du Conseil de Prix Tom Landry. Il a été présenté aux côtés du lauréat Doak Walker. [24]

En 2006, il a été finaliste du premier scrutin pour les intronisés d'avant 1947 au Temple de la renommée du baseball universitaire. [10] Il était de nouveau finaliste l'année suivante. [25]

Dans un numéro spécial de 1995, Sports illustrés a appelé Layne "Le quart-arrière le plus dur qui ait jamais vécu". En 1999, il a été classé numéro 52 sur le Actualités sportives' liste des 100 meilleurs joueurs de football. [26] Après sa retraite, Layne a passé 24 ans comme homme d'affaires au Texas à Lubbock, travaillant avec son ancien entraîneur universitaire, Blair Cherry. [2] Ses entreprises commerciales comprenaient des fermes, des pistes de bowling, des biens immobiliers, du pétrole et le marché boursier. [13]

Dans sa jeunesse, il, souvent accompagné d'Alex Karras, était bien connu pour ses tournées nocturnes dans les bars et sa consommation excessive d'alcool et on disait de lui : « Il buvait six jours par semaine et jouait au football le dimanche », mais son l'abus d'alcool peut avoir contribué à sa mort. Layne aurait déclaré: "Si j'avais su que j'allais vivre aussi longtemps, j'aurais pris beaucoup mieux soin de moi." Cette ligne a ensuite été utilisée par le joueur de baseball Mickey Mantle, un voisin de Dallas et ami de Layne, qui est également décédé en partie à cause de décennies d'abus d'alcool. Layne a souffert d'un cancer au cours de ses dernières années. [ citation requise ]

En novembre 1986, il s'est rendu dans le Michigan pour présenter la bague et la plaque du Temple de la renommée à son vieil ami et coéquipier Doak Walker, mais a été hospitalisé pour une hémorragie intestinale à Pontiac après un dîner de retrouvailles avec ses anciens coéquipiers de Detroit. Il est retourné à Lubbock le 12 novembre, mais trois jours plus tard, il a de nouveau été hospitalisé. [27] Il est décédé d'un arrêt cardiaque le 1er décembre à Lubbock et y a été enterré. [1] [22] Doak Walker et trois autres membres du Temple de la renommée du football professionnel étaient parmi les porteurs. [2] [28] [29]

"Ma seule demande", a-t-il dit un jour, "est que je tire mon dernier dollar et mon dernier souffle exactement au même instant." [20]

En 1958, les Lions, champions en titre de la NFL, ont échangé Layne aux Steelers de Pittsburgh début octobre contre Earl Morrall et deux choix de repêchage. [16] [17] [18] Layne a répondu au commerce en disant soi-disant que les Lions "ne gagneraient pas pendant 50 ans." [30] Cette histoire a été qualifiée de canular, en particulier parce que la citation n'a jamais été publiée à l'époque. [31]

Au cours du demi-siècle suivant l'échange, les Lions ont accumulé l'un des pires pourcentages de victoires de toutes les équipes de la NFL. Les Lions n'ont eu aucune victoire en séries éliminatoires depuis près de 35 ans, des saisons de défaites consécutives et étant constamment balayés par les divisions, ils étaient 1 à 10 en séries éliminatoires, leur seule victoire en séries éliminatoires est survenue contre Dallas après la saison régulière de 1991. Au cours de la dernière année de la malédiction supposée en 2008, les Lions étaient 0-16. Quant aux Steelers, ils ont également remporté le Super Bowl cette année-là et leur précédente apparition à Detroit en 2006, ils sont devenus l'une des équipes les plus dominantes de la NFL en remportant six Super Bowls : 1974 (IX), 1975 (X), 1978 ( XIII), 1979 (XIV), 2005 (XL), 2008 (XLIII) [32]

In the 2009 NFL Draft, right after the curse supposedly expired, the Detroit Lions selected University of Georgia quarterback Matthew Stafford first overall. Stafford was an alumnus of Layne's former school Highland Park High School and also lived in a house on the same street as Layne's. [33] In the 2011 season, Stafford's first full injury-free season, he led the Lions to their first playoff berth since 1999, but lost to fellow Texan Drew Brees and the New Orleans Saints. Also, in the 60 years since the curse, the Lions also endured multiple playoff droughts lasting more than 6 years, including the year of the trade, the Lions did not make the playoffs in 12 consecutive seasons. (1958–1969 1984–1990 1971–1981 2000–2010). [34]


Supreme Court Appointment

In 1967, following the retirement of Justice Tom C. Clark, President Johnson appointed Marshall, the first Black justice, to the U.S. Supreme Court, proclaiming it was “the right thing to do, the right time to do it, and the right man and the right place.”

At this time, the court consisted of a liberal majority, and Marshall’s views were generally welcomed and accepted. His ideology aligned closely with Justice William J. Brennan, and the two often casted similar votes.

Throughout his historic tenure as justice, Marshall developed a reputation as a passionate member of the court who supported expanding civil rights, enacting affirmative action laws and limiting criminal punishment.

Dans le cas d Furman v. Georgia (1972), Marshall and Brennan argued that the death penalty was unconstitutional in all circumstances.

The justice was also part of the majority vote that ruled in favor of abortion in the landmark Roe contre Wade (1973) case. Toward the end of Marshall’s term, the court had shifted to conservative control, and his influence waned.

In 1991, Marshall retired from the Supreme Court because of his declining health. President George H. W. Bush appointed his replacement, Justice Clarence Thomas.


&aposMcCulloch v. Maryland&apos

McCulloch c. Maryland, in 1819, was another of Marshall&aposs notable cases. State banks resented the competition of a new national bank that President Madison had opened in 1816. The State of Maryland imposed a tax on the national bank, which the bank refused to pay. Maryland claimed that nothing in the Constitution gave the federal government the right to open a national bank. However, Marshall ruled in the bank&aposs favor, stating that although the Constitution did not explicitly grant the federal government the right to open the bank, the Necessary and Proper Clause of the Constitution did. The bank was spared, and Maryland was not permitted to charge a tax.


William Marshal, 1st earl of Pembroke

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

William Marshal, 1st earl of Pembroke, aussi appelé William the Marshal, (born c. 1146—died May 14, 1219, Caversham, Berkshire, England), marshal and then regent of England who served four English monarchs—Henry II, Richard I, John, and Henry III—as a royal adviser and agent and as a warrior of outstanding prowess.

Marshal’s father, John (FitzGilbert) the Marshal (died 1165), fought for the empress Matilda (widow of the German emperor Henry V and daughter of Henry I of England) in her unsuccessful struggle to gain the throne of her cousin King Stephen (reigned 1135–54). After proving his bravery in warfare and in tournaments, Marshal became a guardian (1170) to Prince Henry, eldest son of King Henry II (reigned 1154–89). In 1187, four years after the prince’s death, Marshal reentered Henry II’s service and fought beside him in France until the king died in 1189.

Upon the accession of Henry’s third son, Richard I the Lion-Heart (reigned 1189–99), Marshal married Isabel, the heiress of Richard FitzGilbert (or de Clare), earl of Pembroke, thereby acquiring vast estates in England, Normandy, Wales, and Ireland. Richard set forth on a Crusade in 1190, leaving William Longchamp in charge of the kingdom. In the following year Pembroke joined the opposition that drove Longchamp into exile. While Richard was held captive in Germany (1192–94), Pembroke struggled to prevent the king’s brother, John, from seizing power in England.

Upon the death of Richard I in 1199, Pembroke helped John succeed peacefully to the throne he was formally recognized as earl of Pembroke. By 1213 he had become the king’s closest adviser, and he remained loyal to John during the disputes with the barons that led to the issuing of the charter of liberties known as Magna Carta (June 1215). John died during the ensuing civil war with the barons, who had invited Louis of France (later King Louis VIII) to be their king. Designated rector regis et regni (“governor of the king and of the kingdom”) for John’s son, King Henry III, Pembroke defeated the English barons and French invaders and in September 1217 concluded a treaty with Louis that wisely granted amnesty to the rebellious barons.


Burnet is located one mile west of the divide between the Brazos and Colorado River watersheds near the center of Burnet County. It is 54 miles (87 km) northwest of the state capital, Austin – roughly a 1- to 1½-hour drive via U.S. Highway 183 and State Highway 29. It is 36 miles (58 km) west of Georgetown and Interstate Highway 35 via State Highway 29, and 100 miles (160 km) north of San Antonio on U.S. Highway 281.

According to the United States Census Bureau, Burnet has a total area of 10.2 square miles (26.3 km 2 ), of which 10.1 square miles (26.2 km 2 ) is land and 0.04 square miles (0.1 km 2 ), or 0.32%, is water. [6]

In December 1847, a company of the Texas Ranger Division commanded by Henry E. McCulloch established a station at the site of present-day Burnet for the protection of frontier settlers from Indian raids. In March 1849, the station was chosen as a federal fort and named Fort Croghan. [7]

A town was founded next to Fort Croghan in 1852, when Burnet County was established. The town was originally named Hamilton after John Hamilton, who owned a league and labor of land nearby. In August 1852 a post office was established in Hamilton and named Burnet Courthouse. In 1857 thirty-five residents of the town petitioned the state legislature to change the name of the town to Burnet since there was another town in Texas named Hamilton. The name was changed in 1858. Major growth occurred with the arrival of the Austin and Northwestern Railroad in April 1882, when Burnet became the railhead for the area to the west. After the railroad was extended to Llano in 1892, Burnet declined as a supply point and became a farming and livestock center. The City of Burnet was incorporated in 1933. [8]

The Burnet Bulletin newspaper has served the community since 1873 and is the official paper of record for the city and Burnet County.

Population historique
Recensement Pop.
1870280
1880490 75.0%
18901,454 196.7%
19001,003 −31.0%
1910981 −2.2%
1920966 −1.5%
19301,055 9.2%
19401,945 84.4%
19502,394 23.1%
19602,214 −7.5%
19702,864 29.4%
19803,410 19.1%
19903,423 0.4%
20004,735 38.3%
20105,987 26.4%
2019 (est.)6,406 [2] 7.0%
Recensement décennal américain [9]

As of the census [3] of 2000, there were 4,735 individuals, 1,661 households, and 1,114 families residing in the city. The population density was 693.1 people per square mile (267.7/km 2 ). There were 1,813 housing units at an average density of 265.4 per square mile (102.5/km 2 ). The racial makeup of the city was 83.80% White, 5.32% African American, 1.20% Native American, 0.49% Asian, 0.04% Pacific Islander, 7.77% from other races, and 1.37% from two or more races. Hispanic or Latino of any race were 18.97% of the population.

There were 1,661 households, out of which 31.7% had children under the age of 18 living with them, 49.3% were married couples living together, 14.1% had a female householder with no husband present, and 32.9% were non-families. 28.8% of all households were made up of individuals, and 16.4% had someone living alone who was 65 years of age or older. The average household size was 2.46 and the average family size was 3.00.

In the city, the age distribution of the population shows 23.9% under the age of 18, 9.5% from 18 to 24, 29.9% from 25 to 44, 17.8% from 45 to 64, and 18.8% who were 65 years of age or older. The median age was 37 years.

The median income for a household in the city was $27,093, and the median income for a family was $37,604. Males had a median income of $25,663 versus $17,163 for females. The per capita income for the city was $13,749. About 11.8% of families and 14.7% of the population were below the poverty line, including 18.1% of those under age 18 and 15.2% of those age 65 or over.

Major employers in Burnet include the Burnet Consolidated Independent School District (285 employees), Entegris [manufacturer of materials for semiconductor and flat panel industry] (180), Burnet County government (140), Seton Highland Lakes Hospital (120), Texas Dept. of Criminal Justice substance abuse facility (120), City of Burnet government (120), H.E.B. grocery store (100), Sure Cast (92), Hoover Companies (90), Southwestern Graphite Co. (45), Whataburger (40), Bilbrough Marble Co. (25), Lone Star Industries (25), and Dash Covers, Inc. (25). [dix]

Located outside of Burnet is a summer camp called Camp Longhorn that has three branches (Inks Lake, Indian Springs, and C3).

Burnet is served by two primary highways:

    U.S. Highway 281 – a north-south route connecting Burnet with the towns of Lampasas (22 mi north) and Marble Falls (13 mi south). San Antonio is 100 miles south. State Highway 29 – an east-west route connecting Burnet with Llano (30 mi west) and Georgetown (36 mi east). State Highway 29 intersects with Interstate 35 in Georgetown.

Rail service is provided by the Hill Country Flyer steam train from Cedar Park. Les Hill Country Flyer is operated every Saturday in January and February, most Saturdays and Sundays March–May, and most Saturdays in October and November.

Burnet Municipal Airport, also known as Kate Craddock Field (ICAO Code KBMQ), is a general aviation airport located approximately one mile south of State Highway 29 on U.S. Highway 281. It has a 5,000-foot (1,500 m) lighted runway with a full-length taxiway, which can accommodate aircraft with up to 34,000 pounds (15,000 kg) per wheel. The airport is home to the Highland Lakes Squadron of the Commemorative Air Force. [11] [12]

Attractions in the Burnet area include the Highland Lakes, Longhorn Cavern, Inks Lake State Park, the Historic Burnet Square, the Highland Lakes Air Museum, Fort Croghan Museum and Grounds, the Vanishing Texas River Cruise, Hamilton Creek Park, Spider Mountain Bike Park, Galloway Hammond Recreation Center, Delaware Springs Golf Course, and the Austin Steam Train Association's Hill Country Flyer.

The Historic Square features buildings from as early as the 1880s and offers a variety of unique shops and eateries.

Famous residents of Burnet include Doak Field, a professional American football player. As a linebacker at Baylor University, Field was selected in the 1981 draft by the Philadelphia Eagles of the National Football League. He appeared in seven games in the 1981 season for the St. Louis Cardinals of the NFL. [13] Other football players from Burnet High School include quarterback Stephen McGee of Texas A&M University and the Dallas Cowboys, and wide receiver Jordan Shipley of The University of Texas at Austin and the Cincinnati Bengals. [ citation requise ]

Logan Vandeveer was a Texas soldier, ranger, cattleman and civic leader. Vandeveer was a leader in presenting the petition to the legislature in 1852 to establish Burnet County and was instrumental in having the town of Burnet named the county seat. [ citation requise ]


Last name: Marshall

Recorded in over fifty spelling forms including Marshal, Marshall, Marschall, Marschalleck, Marshalleck, Marskell, Mascall, Maskal, Maskell and Maskill, this is an English and French surname, but one of ultimately pre 7th century Germanic origins. Although generally regarded as deriving from the French word "mareschal", the ultimate origin of the word lies in the Old High German "marah" meaning a horse, plus "scalc", a servant. This indicates that the term "marshal" was originally occupational for one who looked after the horses, a very important function from the most ancient times in history'. --> By the 11th Century whatever the original meaning and however high or low the status, the word useage had developed to that of the most important person in a noble household, and as the highest office of state 'The Lord Chief Marshall'. In England where the earliest surname recordings are to be found, a good example is that of Rainald le Mareschall in the charters known as "Documents relating to the Danelaw", for the county of Lincolnshire, in the year 1140. There are no less than fifty-eight British coats of arms, and a similar number on the Continent, granted to members of this illustrious 'family'. The first recorded spelling of the family name is believed to be that of Godfridus Marescal. This was dated 1086, in the famous Domesday Book for the county of Wiltshire. Godfridus was a Frenchman, who was granted lands in England by King William 1st, following the successful conquest of 1066. Throughout the centuries, surnames in every country have continued to "develop" often leading to astonishing variants of the original spelling.

© Copyright: Name Origin Research 1980 - 2017


Voir la vidéo: Big E gives New Day introduction LIVE from behind the curtain (Décembre 2021).