Conférences

Kalamazoo 2010 - Résumé et réflexions….

Kalamazoo 2010 - Résumé et réflexions….

Le 45e volet du Congrès international d'études médiévales a été une autre affaire très réussie, rassemblant plus de 3000 universitaires et livrant des centaines d'articles. Notre site était sur place pour écouter les articles et profiter de la conférence. Voici nos réflexions personnelles sur le congrès:

Sandra: Comme toujours, j'ai passé un très bon moment à Kalamazoo avec Peter assistant à des sessions vraiment intéressantes. J'ai apprécié la plupart des séances, même si, comme toujours, il y a eu des moments aléatoires. Certaines sessions que je pensais être géniales se sont avérées plutôt ennuyeuses et certaines que je pensais être ennuyeuses ont vraiment attiré mon attention. Les sessions que j'ai le plus appréciées cette année étaient: L'Europe de l'Est au Moyen Âge, les nouvelles orientations de la recherche sur les châteaux et l'expérience rurale dans l'Angleterre médiévale tardive. J'ai également trouvé la session sur Poison et médecine au 14e siècle intrigant.

La session Europe de l’Est a suscité mon intérêt parce que je suis polonaise et qu’elle portait sur une partie de l’histoire que je n’étais pas au courant d’aller à l’école au Canada. Nous avons beaucoup plus du point de vue britannique et je ne connais pas grand-chose de mon histoire. Même à l'université, le nombre de cours qui traitent de l'Angleterre et de la France dépasse de loin celui de la Pologne ou de l'Europe de l'Est au Moyen Âge. J’adore l’histoire de l’anglais et je suis généralement attirée par les séances sur l’Angleterre médiévale, mais cela a attiré mon attention et j’ai dû en apprendre davantage sur l’Europe de l’Est médiévale. Je suis très content de l’avoir fait; J'ai trouvé les sujets sur la culture du don, les évêques à Cracovie et les relations entre la Pologne et la Poméranie captivants.

Les sessions sur les châteaux étaient des articles d'archéologie. J'adore l'archéologie; les 3 articles étaient très intéressants. La session surprise pour moi a été la session rurale - j'ai d'abord jeté un coup d'œil aux articles et j'ai pensé que Peter les aurait vraiment appréciés car il s'intéresse beaucoup à ce sujet en dehors de ses tendances militaires habituelles. En fait, j'ai aimé les 3 articles et j'ai trouvé l'explication des rouleaux seigneuriaux et les informations qu'ils fournissent aux chercheurs fascinantes. J'ai été agréablement surpris et heureux d'avoir assisté à quelque chose en dehors de mes centres d'intérêt habituels et de l'apprécier à fond.

La session sur les poisons était pleine mais valait le temps d'y assister. Trois articles intéressants sur le thème du poison, ses utilisations, les lois et règlements entourant sa vente, et les traités écrits sur le sujet.

Qu'est-ce que je n'aimais pas? Trois choses principalement… utilisation .wi-fi. J'ai trouvé extrêmement ennuyeux de devoir trimballer mon ordinateur portable en bas pour trouver un endroit calme pour pouvoir poster et travailler quand j'ai un bureau parfaitement bien dans ma chambre et tout le calme dont j'ai besoin. Je me suis retrouvé dans le hall ou dans une salle de session avec Peter tard dans la nuit après que tout le monde soit parti pour que nous puissions travailler. Je voudrais savoir si l’université ferait quelque chose pour résoudre ce problème l’année prochaine. Je suis sûr que les gens qui viennent à Kalamazoo préfèrent de loin travailler sur leurs papiers et faire des recherches dans l'intimité et le calme de leur chambre plutôt que quelques canapés dans le hall où il fait plus bruyant qu'un terminal de bus.

Mon deuxième problème: des chambres appropriées. J'ai trouvé que certaines sessions, celle sur Poison en particulier et une autre sur Sorcery devaient attirer une grande foule en raison de leurs sujets accrocheurs. La salle était petite et exiguë et je me suis retrouvé par terre derrière le podium. Beaucoup de gens ont fini par s'asseoir par terre. Il n’y avait pas de A / V pour ces journaux, donc je ne comprends pas pourquoi on leur a donné une si petite salle? Une des salles de la vallée, comme la vallée 202, etc., ces grandes salles ou un auditorium à Fetzer ou Sangren auraient été bien mieux. Espérons que le comité de planification travaillera à ce genre de problèmes pour l'année prochaine. Aussi, aérer les chambres… certaines d'entre elles étaient chaudes. Surtout depuis la fin de la session de 15h qui entre directement dans les sessions de 15h30 - elles ont besoin d'être diffusées, j'ai trouvé certaines d'entre elles suffocantes.

Enfin, en raison de la taille du Congrès actuel, de nombreuses sessions contiennent plus de 3 communications par session. Je n'aime pas cela et j'ai évité ces séances. J'en ai vu quelques-uns qui en avaient 5, et un certain nombre qui en avaient 4. Je trouve que beaucoup de séances font juste la marque. Plus de 4 articles par session le rendent précipité et ne laisse pas suffisamment de temps pour la période de questions. Je pense que les organisateurs comptent sur les personnes qui retirent des papiers (également une pomme de discorde cette année dont Peter parlera dans son résumé). Je comprends que les chiffres du Congrès ont explosé, mais je pense qu'ils devraient toujours le maintenir à 3 articles de qualité par session au lieu de bloquer 5 articles et d'espérer que quelqu'un abandonne.

** Enfin, j'ai oublié de mentionner dans le message initial de notre voyage que j'ai interviewé l'auteure Emma Campion à propos de son prochain livre, La maîtresse du roi. Il sortira en juillet et j'en suis à peu près à mi-chemin, et je l'apprécie vraiment. Emma était intéressante à interviewer et j'ai passé un très bon moment à lui parler. Elle donne un peu de contexte sur l'histoire d'Alice Perrers, et pourquoi elle a choisi le personnage pour ce roman. Elle va également dans les origines d'Alice, sa réputation et la façon dont elle décrit son personnage dans le livre. Peter publiera cette interview sous peu (car il est le «technicien» de notre partenariat :)). Je vais terminer le livre cette semaine pendant que je suis à Washington et publier la critique (espérons-le) ce week-end.

J’ai passé un moment fantastique et j’ai déjà hâte à l’année prochaine!

Peter: Le congrès va avoir sa collection de grands et pas si bons articles - l'un des meilleurs que j'ai entendu cette année était «Bloodletting in Monastic Customaries» par Sarah Matthews de l'Université de l'Iowa, qui était également l'un des premiers papiers que j'ai entendus. Matthews a couvert une question qui est considérée par beaucoup de gens comme l'une des folies du peuple médiéval - la pratique de se saigner pour des raisons de santé - et nous donne un aperçu réel de la façon dont les gens au Moyen Âge, en particulier les moines d'Allemagne et de France, avaient une vision assez équilibrée de l'utilisation de ce traitement. Certes, je n'ai pas beaucoup d'expérience en médecine médiévale, donc j'avais l'impression que la saignée n'était qu'une notion erronée qui était appliquée aux malades (et, en toute probabilité, rendait les plus malades). Matthews m'a montré que ces communautés monastiques pratiquaient régulièrement la saignée, mais que c'était uniquement pour les personnes en bonne santé, comme une sorte de traitement pour maintenir sa santé. Ces moines ont établi de bonnes règles pour exécuter la procédure et prendre soin des hommes par la suite. Et elle note également que la saignée peut en effet avoir eu des effets bénéfiques sur la santé.

J'ai passé plus de temps sur l'histoire militaire et les croisades - et j'ai entendu des articles très perspicaces de David Bachrach, Daniel Franke et Robert Howell, tous axés sur une étude régionale en Angleterre qui examinait le processus d'organisation et de fourniture des armées. pour. J'apprécie la façon dont les érudits creusent profondément dans les archives et essaient de reconstituer une histoire compréhensible sur la façon dont les choses étaient faites aux 14e ou 9e siècles. J'ai manqué d'écouter Kelly DeVries et Clifford Rogers, deux grands érudits militaires médiévaux qui attirent toujours les foules pour leurs articles vivants et intéressants, mais j'ai pu voir Jochen Burgtorf parler de la base des Templiers sur l'île de Ruad, qui est en fait quelque chose qui concerne mes propres recherches.

Je dois également noter le grand article livré par Steven Muhlberger pour la conférence annuelle du Journal of Medieval Military History, dans lequel il a parlé de ses recherches sur la Chronique du Bon Comte, un récit d'histoire du XVe siècle sur la guerre et la chevalerie. J'attends avec impatience plus de ses recherches et j'espère une traduction de cette chronique.

Je ne nommerai aucun des journaux qui n’ont pas réussi à m’impressionner, mais il n’y en avait que quelques-uns. Ce que je ferai remarquer, c'est que les chercheurs doivent être prêts à défendre leurs articles pendant la période de questions et réponses - surtout si vous publiez une nouvelle théorie ou remettez en question des notions existantes - et ne répondez pas en affirmant que les preuves à l'appui de vos idées ne seront pas disponible jusqu'à ce qu'il soit publié dans quelques mois.

Il y a eu un autre article que nous avons entendu en dehors des sessions formelles - une jeune universitaire travaillant sur sa maîtrise présentait son premier article à Kalamazoo, et tard le vendredi soir, elle est entrée dans le salon où Sandra et moi travaillions. Elle nous a dit qu'elle devait réduire son article de plusieurs minutes (l'édition de papier de dernière minute est quelque chose que presque tout le monde doit faire au congrès), et nous lui avons demandé de le lire pour que nous puissions aider. Elle a continué à nous donner un excellent article traitant des potions d'amour et de la littérature médiévale. Cela a vraiment fait ma soirée et j'ai suggéré qu'elle ne fait que réduire l'introduction et la conclusion, et laisser le plus possible l'histoire principale.

Une plainte que j'aurais à propos du congrès est le nombre de personnes qui disent y assister pour donner des papiers, mais qui ne se présentent pas. J'ai assisté à une séance où deux des trois orateurs ne sont pas venus, et j'ai entendu qu'une séance traitant de la Transylvanie avait non seulement deux de ses présentateurs manqués à montrer, mais aussi le président. Alors que dans de nombreux cas, les personnes qui ne pouvaient pas donner leurs papiers avaient de bonnes raisons de leur absence, les organisateurs de session devraient également préciser que si vous n'avez pas d'excuse appropriée (ou pire encore, ne vous présentez pas sans le dire à personne), il n'y aura pas de place ouverte pour vous l'année prochaine.

Les autres activités du congrès ont également été formidables - la salle de lecture était remplie de trucs merveilleux, mais j'ai résisté avec succès aux envies de me ruiner en achetant tout ce qui m'intéressait. J'espère aussi que nous avons fait de bonnes affaires avec les éditeurs , en leur faisant connaître notre site et en voyant comment nous pourrions travailler ensemble à l'avenir.

Enfin, aller à Kalamazoo est l'occasion de rencontrer de nombreux amis et collègues, ce que je chéris vraiment. Tout comme Sandra, j'ai déjà hâte à l'année prochaine!

Veuillez également consulter notre page principale sur le 45e Congrès international d'études médiévales, avec des rapports sur les articles que nous avons entendus.


Voir la vidéo: Donnovan Lewis in court on July 2, 2019 (Octobre 2021).